mardi, octobre 15, 2002

Salut à toi... Aujourd'hui, pas de grandes idées ni de grands discours, mais juste une chanson Ô combien superbe, d'un groupe de musiciens que j'apprécie énormément, j'ai nommé : Dream Theater. Si tu ne connais pas, tu manques un des plus grands groupes de progressive metal qui ait jamais existé. La chanson en question est le morceau qui cloture leur album "Awake", probablement l'un des moins accessibles mais des plus beaux qu'ils aient écrit. Elle s'appelle "Space-Dye Vest".

Place aux artistes :

Falling through pages of Martens on angels
feeling my heart pull west
I saw the future dressed as a stranger
love in a space dye vest

Love is an act of blood and I'm bleeding
a pool in the shape of a heart
Beauty projection in the reflection
always the worst way to start

Now that you're gone I'm trying to take it
learning to swallow the rage
Found a new girl I think we can make it
as long as she stays on the page

This is not how I want it to end
and I'll never be open again
There's no one to take my blame
if they wanted to
Nothing to keep me sane
and its all the same to you
There's nowhere to set my aim
so I'm everywhere
Never come near me again
do you really think I need you

And I'll smile and I'll learn to pretend
And I'll never be open again
And I'll have no more dreams to defend
And I'll never be open again

Traduction personnelle :

Tombant au travers des pages de Martens sur les anges
Sentant mon coeur passer l'arme à gauche
J'ai vu le futur vêtu comme un étranger
L'amour dans une space dye vest

L'amour est un acte de sang, et je saigne
Une mare de la forme d'un coeur
Projection de la beauté dans le reflet
Toujours la pire façon de commencer

Maintenant que tu es partie j'essaie de le prendre
Apprenant à ravaler ma rage
J'ai trouvé une nouvelle fille, je pense qu'on peut le faire
Aussi longtemps qu'elle reste sur la page

Ce n'est pas comme ca que je veux que ça finisse
Et je ne serai plus jamais ouvert
Il n'y a personne pour prendre ma responsabilité
S'ils le voulaient
Rien pour me garder sain d'esprit
And c'est la même chose pour toi
Il n'y nulle part où diriger ma cible [accomplir mon but]
Alors je suis partout
Ne viens plus jamais près de moi
Tu penses vraiment que j'ai besoin de toi ?

Et je sourirai et j'apprendrai à faire semblant
Et je ne serai plus jamais ouvert
Je n'aurai plus de rêve à défendre
Et je ne serai plus jamais ouvert

Pour écouter la chanson, à présent : Dream Theater - Space Dye Vest

Enfin, pour mieux comprendre les paroles, voici un commentaire de l'auteur, à savoir l'ex-claviériste (keyboards) de Dream Theater, Kevin Moore :

"It was inspired by... I was looking through a clothing catalog and saw a picture of a girl modeling this piece of clothing called a space-dye vest. And, so, I fell in love with her [laughs] for some strange reason & so the minute I did that, the minute I was just like obsessed with this person, I was like, 'why am I doing that?' & I noticed that I was doing it a lot lately. And I think the prime reason that I was doing that, and this is what I figured out at the time, was that I had just come out of a relationship where I'd gotten dumped, basically, and so I think the situation was that I wasn't finished giving all that I was ready to give, so I was just, like, throwing it around, you know, just aiming it in different directions. It was a total case of projection. And this song is just trying to sort it out & just kind of admitting that I'm just kind of lost. So it's kind of a dark song. It was very cathartic though."

Et la traduction perso : "J'ai été inspiré par... je feuilletais un catalogue de vêtements et j'ai vu une photo d'une fille portant ce vêtement appelé "space-dye vest". Et alors, je suis tombé amoureux d'elle [rires] pour quelqu'étrange raison, et la minute où j'ai fais ça, la minute où j'étais juste obsédé par cette personne, je me disais "pourquoi est-ce que je fais ca ?", et j'ai remarqué que je le faisais beaucoup récemment. Et je pense que la raison première pour laquelle je faisais ça, et c'est ce que je me suis dit à l'époque, c'est que je venais juste de sortir d'une relation qui m'avait vidé, fondamentalement, et je pense que la situation était que je n'avais pas fini de donner tout ce que j'étais prêt à donner, donc je le jetais un peu au dehors, vous savez, en visant plusieurs directions. C'était totalement un cas de projection. Et cette chanson essaie juste de trier tout ça en quelque sorte et d'admettre que je suis plus ou moins perdu. Donc c'est plutôt une chanson sombre. Ca a été très thérapeutique toutefois.

Voilà... bonne écoute, bonne lecture, et bonne réflexion (aujourd'hui, c'est toi qui la fais, tout est livré pour penser).

lundi, octobre 14, 2002

Salut. Voici ce que j'ai envie de te (oui je sais, ça oscille entre "vous" et "tu", les habitudes sont tenaces) faire partager aujourd'hui... Commençons par quelques citations en guise d'introduction.

:: "L'amitié est une religion sans Dieu ni jugement dernier. Sans diable non plus. Une religion qui n'est pas étrangère à l'amour. Mais un amour où la guerre et la haine sont proscrites, où le silence est possible" (Tahar Ben Jelloun)

:: "Respecter une femme, c'est pouvoir envisager l'amitié avec elle ; ce qui n'exclut pas le jeu de la séduction, et même, dans certains cas, le désir et l'amour" (Tahar Ben Jelloun)

:: "Avec une femme, l'amitié ne peut être que le clair de lune de l'amour" (Jules Renard)

De belles citations à mon avis. Je suis en partie d'accord : l'esprit humain est à mon sens bien trop compliqué pour n'éprouver que des sentiments "purs". C'est-à-dire ? Partager une amitié profonde avec quelqu'un du sexe opposé implique souvent des sentiments plus complexes que "l'amitié propre et nette", confinée dans son cadre purement raisonnable. En réalité, les définitions d'amitié et d'amour sont proches, très proches... avec une nuance passionnelle, toutefois. Partager de l'amour ou de l'amitié avec quelqu'un, n'est-ce pas pareillement vouloir le bien de cette personne de façon désintéressée et sincère ? Je n'exclus pas le fait que deux personnes de sexes opposés puissent être "amis" sans éprouver de désir l'un pour l'autre (évitons les généralisations abusives). Mais dans la majorité des cas, qu'on se l'avoue ou pas, c'est manifestement le cas.

:: "Il est important d'avoir un certain degré de désir sexuel, une euphorie, dans l'amour romantique comme dans ses amitiés" (Sharon Stone)

L'amitié, je pense, contrairement à l'amour, peut souvent conduire à des relations ambigües. Car si tout comme en amour, le pardon et la confiance sont deux éléments indispensables à une relation durable, une amitié forte, au bord de l'amour, laissera souvent un "goût de trop peu", un sentiment d'inachèvement. D'un autre côté, une amitié, par son caractère moins passionnel qu'une relation amoureuse peut parfois constituer un soutien plus solide et plus durable. L'amitié, entre un homme et une femme, n'est-elle pas l'amour guidé par la raison, et non plus par la passion ?

:: "L'amitié extrême et délicate est souvent blessée du repli d'une rose" (Chamfort)

:: "Amitié : mariage de deux êtres qui ne peuvent pas coucher ensemble" (Jules Renard)

Je laisserai ces dernières citations en guise de conclusion. N'hésite pas à me laisser un commentaire sur le nouveau système de commentaires (voir ci-dessous).

A bientôt.